Mademoiselle Printemps vient, avec sur sa tête une guirlande de fleurs, de petites fleurs rouges, jaunes et blanches. Sa robe est toute verte.
– Qu’elle est belle! Avec ses ailes fines comme de la mousseline, elle plane au-dessus des champs, des villages, des jardins. Elle voltige ici et là, joyeusement, lorsqu’elle aperçoit, suspendu à une branche, un petit paquet brun qui se balance. Mademoiselle Printemps sait bien que la chenille y dort.

La chenille a dormi longtemps. L’automne dernier, elle a confectionné ce cocon et s’y est enfermée. Maintenant, le long et dur hiver est passé, mais la chenille n’est pas encore réveillée. Mademoiselle Printemps regarde le cocon et songe : «La chenille va bientôt se réveiller. Bon! Je vais changer le monde de sorte qu’elle sera surprise par sa beauté!»